Avant l’assemblée générale du Cluster Ingera2 qui se tiendra le lundi 24 juin 2019 dans les locaux de notre membre EGIS à 18h00, nous avons croisé notre intervenant Jean-Philippe Vigne, qui interviendra sur l’Intelligence Artificielle au service de l’ingénierie. Nous avons échangé avec lui sur l'intelligence artificielle au sens large du terme. Rencontre.

Bonjour Jean-Philippe, pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?

"Je m’appelle Jean-Philippe Vigne. J’ai 46 ans. Cela fait maintenant 20 ans que je suis dans l’ingénierie. Après les 10 premières années de ma vie professionnelle dans l’informatique, je me suis orienté vers l’innovation."

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous orienter vers l’innovation ?

"A l’occasion de rencontres riches et passionnantes, j’ai été séduit par l’innovation et sa capacité à bouleverser le fonctionnement d’une entreprise. J’ai eu l’opportunité de travailler pour l’Agence Régionale de l’Innovation pendant 6 ans où j’accompagnais des entreprises dans le développement de leur R&D. Par la suite, je suis rentré chez BULL qui a été racheté par ATOS en 2014. 
ATOS est une entreprise qui à l’innovation dans son ADN, j’ai donc mis mes compétences au service de mon entreprise."

Quelles sont vos missions au sein d’ATOS ?

"Après avoir officié pendant 5 ans en tant que directeur de programmes, j’ai pris la responsabilité du développement de l’Innovation pour la Région Auvergne Rhône-Alpes en 2016. Je contribue aujourd’hui à mettre en place des projets innovants pour le compte de nos clients. Nous les aidons à explorer des sujets en cours d’expérimentation, notamment sur l’Intelligence Artificielle, les chatbots et plus largement l’Industrie 4.0."

Justement, le 24 juin, lors de notre assemblée générale, vous intervenez sur l’IA. Pour les néophytes, que signifie l’Intelligence Artificielle ?

"Je dirais pour simplifier au maximum que c’est un ensemble de technologies algorithmiques et mathématiques qui permettent à une machine de se rapprocher du comportement de l’humain. Je tiens tout de même à rassurer tout le monde : ce n’est pas à court terme que l’IA nous remplacera totalement, mais dans nos métiers et en particulier dans certains secteurs, c’est une tendance indéniablement forte qui va bouleverser nos façons de fonctionner."

fr_FRFrench
fr_FRFrench